Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Amis

  • Gilles présent !

    « Tout ce qui est intéressant se passe dans l’ombre, décidément. On ne sait rien de la véritable histoire des hommes »
    Louis-Ferdinand Céline  « Voyage au bout de la nuit »
     
    Lundi nous avons accompagné Gilles pour son dernier voyage.

    Gilles est né voilà presque 52 ans en Seine-Maritime. Normand de cœur et de race, épris de liberté, il s’engage très jeune dans les rangs des Autonomes, groupes anarchistes radicaux des années 70. C’est l’époque des squats, mais aussi celle des confrontations brutales avec les flics, ces chiens de garde de l’Etat que Gilles détestait tant.

    Poussant plus loin son engagement, Gilles entre dans la nébuleuse d’Action Directe.Braquages de banque pour financer la lutte armée, destruction de biens étatiques sont alors le lot quotidien des militants d’AD. Et c’est justement une attaque à la grenade qui vaudra à Gilles de « goûter » pendant une dizaine d’années l’hospitalité des geôles républicaines. Dureté du régime des QHS, ballottage entre maisons d’arrêt et centrales (dont un long séjour à Claivaux qui le marquera), privations, violences, vexations, vide du temps qui s’écoule, Gilles cherche et trouve dans la littérature le ressort pour résister.

    La rencontre avec deux camarades nationalistes également détenus, lui fait découvrir les auteurs maudits (Brasillach, Drieu , Rebatet ... et surtout Céline dont il aimait tant les écrits).. Cette découverte littéraire est décisive. Au sortir de la prison, il s’engage dans le camp nationaliste et prend sa carte au FN en 1980.

    Depuis, il s’est toujours rendu disponible pour la Cause , présent partout, volontaire infatigable de l’Idée Sociale et Nationale. Roi du 20ème qu’il connaissait comme sa poche, il a été de toutes les campagnes sur les marchés, affrontant les gauches avec ferveur et détermination mais sans jamais une once de haine.

    Contrairement aux apparences, il ne concevait pas de rupture entre ses engagements de jeunesse et ceux des vingt dernières années. Il aimait à se reconnaître tout à la fois anarchiste et patriote, nationaliste et libertaire, résumant à lui seul cette Synthèse organique qui fonde le combat de nombre d’entre nous.

    Ami fidèle et sincère, militant exemplaire, humble et discret, il laisse un vide immense dans le cœur de ses camarades.

    Gilles présent !

    JesusFranco Zentropa
  • Ich hatte einen Kameraden : Nicolas Kayanakis

     

    H21_04.jpg

    Nicolas Kayanakis est décédé dans la nuit de dimanche à lundi.
    Il était né en Tunisie le 1er mai 1931 d'un père français employé des Chemins de fer de Tunis et d'une mère sicilienne.

    Parallèlement à ses études à Sciences Po, il milite au sein de l'Action française ; il occupe alors les fonctions de secrétaire général des étudiants d'Action française. S'étant engagé dans l'armée, il est au coeur des troubles durant "l'affaire algérienne". Commandant en second au 14e RCP (Régiment de chasseurs parachutistes), il prend fait et cause pour l'Algérie française et contre les trahisons gaullistes. Chef du réseau de résistance OAS-Métropole Jeunes, il est arrêté définitivement en 1962 : après une première arrestation, il était parvenu à s'évader de la prison de Mont-de-Marsan, le 2 décembre 1961, en compagnie de Jean Caunes notamment et avec l'aide de Bertrand de Gorostarzu.

    Libéré après 4 ans de prison, il commencera une carrière de consultant international, sans abandonner la politique. Il militera par la suite au sein du Mouvement jeune révolution puis de la Nouvelle Action française. Après avoir été secrétaire général puis vice-président du Centre royaliste d'Action française, il occupait lors de son décès les fonctions de directeur administratif et financier de la revue royaliste Les Epées, lors de son décès.

    Auteur en 1966 d'un roman, Derniers châteaux en Espagne, il soutint une thèse d'histoire à Science Po en 1997 sur l'action psychologique et propagande de l'armée française puis publie Algérie 1960 : la victoire trahie ...

     


  • Des nouvelles de Jan

    n12002531_31698916_8133.jpg

    Après une mission délicate l'amie Jan, officier des Marines, en permission chez elle et chez S Palin, en Alaska ...

    http://leschevaliersnoirs.hautetfort.com/archive/2008/09/10/l-amie-jan.html

  • Для любви Сталина, Per l'amore di Stalin, Para el amor de Stalin, For Stalin's love, לסטלין אוהב , 'ستالين من الحب

    amour de staline.jpg

  • L'amie Jan

    Jan : femme, américaine, originaire d’Alaska, officier des Marines, grande sportive, païenne et patriote … De quoi nous réconcilier avec les USA à la veille du 11 septembre ?

    n12002531_30310519_7167.jpg
    n12002531_30310521_9974.jpg
    n12002531_30812164_9328.jpg
    n12002531_31462401_7817.jpg
    n12002531_31219215_6602.jpg
    n12002531_31663594_9538.jpg