Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Sociétés nébuleuses et linguistique

A CONTRAC.jpg

 

Interpréter des informations, c’est d’abord et avant tout savoir lire, porter son regard sur un texte puis sur des mots et s’en abreuver, se couler dans une matière linguistique et s’y fondre.

Il est indispensable avant même de saisir le fonctionnement de s’attacher au sens des définitions lexicales concernant les Sociétés Privées de Logistique, les Sociétés Privées de Gardiennage, les Sociétés Militaires Privées et les Sociétés de Sécurité Privée.

Les Sociétés Privées de Logistique assurent des missions « périphériques » avec une importance vitale pour l’efficacité des forces armées. Une fois la guerre commencée, elles poursuivent leurs missions à l’arrière du front, après avoir signé, comme récompense, des contrats dans le cadre des projets de reconstruction. Ainsi, par exemple, avant le début des opérations américaines en Irak en avril 2003, plusieurs entreprises privées sont déjà présentes au Qatar afin de préparer l’arrivée des premières troupes. Elles ont transporté du matériel militaire, des fournitures diverses et, sur place, installé les camps provisoires mis à disposition de l’armée américaine par les autorités qataries.

Les Sociétés Privées de Gardiennage quant à elles, ne fournissent pas de services militaires. La plus importante est la danoise G4S Falck-Securicor  . Elles assurent des missions à finalités civiles, comme le transfert de fonds, le contrôle de visiteurs dans les bâtiments officiels, ou la télésurveillance ainsi que la sécurisation des lieux de résidence des employés de différents sites.

Avant 2001, il est aisé de différencier les Sociétés de sécurité privées des Sociétés militaire privées.

Les Sociétés de sécurité privées sont spécialisées dans l’analyse des risques, l’établissement de plans de réformes des armées, de plans de lutte contre le terrorisme, de doctrines militaire.

Les Sociétés militaire privées fournissent des services plus « opérationnels » comme la protection physique de personnalités ou de convois, la sécurisation de sites civils ou militaires, ou l’entraînement de policiers et de militaires au combat de situations extrêmes. Blackwater (Elle a adopté le nom de Xe le 13 février 2009) a été sans conteste la meilleure société dans ce domaine, utilisant son propre matériel de pointe, de la flotte d’hélicoptères au matériel d’armement.

Cependant, au début des années 2000 et encore plus à la suite du 11 septembre 2001, les Sociétés de sécurité privées s’attaquent au marché des Sociétés militaire privées et vice-versa. Il est alors difficile de distinguer les deux catégories d’un point de vue uniquement fonctionnel. Plus encore, le terme de Société militaire privée s’étend au domaine de la logistique et du gardiennage, si bien qu’il devient le terme unique le plus couramment employé. Les leaders mondiaux du secteur militaro-industriel ont procédé au rachat de sociétés militaires privées dans une vague de fusions-acquisitions, ou ont, au moins, pris part à l’actionnariat de celles-ci . Ces entreprises maîtrisent ainsi la quasi-totalité de la chaîne de services aux armées, de la conception à la mise en pratique sur le terrain. Nombre d’entre elles sont cotées en bourse.

Les Sociétés Militaires Privées ont des stratégies marketing proches des grandes firmes multinationales. Dès lors, leurs méthodes de recrutement sont comparables à toute société. Elles effectuent un appel d’offres au sein de relations soigneusement établies, voire parfois au sein d’associations d’anciens militaires. Les annonces de recrutement sont diffusées dans des revues spécialisées consacrées aux chroniques d’opérations militaires, aux descriptions d’unités spéciales ou aux méthodes de combats modernes, ou via des bourses d’emploi créées sur Internet. En général cependant, l’embauche fait intervenir des réseaux de relations. Les procédures de recrutement peuvent donc être très légères, car informelles. Il est courant que les parties se mettent d’accord par téléphone ou par e-mail.

Les Sociétés Militaires Privées recrutent d’anciens militaires, bien formés et bien entraînés, particulièrement des membres des forces spéciales, John Geddes en est un exemple : ancien des forces spéciales britanniques, il était parmi les premiers Occidentaux à se rendre en Irak pour travailler comme contractor. Pour mieux comprendre les profils type de Sociétés Militaires Privées , l’étude d’une société américaine, MPRI et d’une société française Secopex est éclairante. Fondée en 1988 par huit généraux, la société Military Professionnal Rand Inc. est située à Alexandria, en Virginie. Elle se présente comme « la plus grande entreprise d’expertise militaire du monde ». En novembre 2000, elle crée l’Alexandria Group, chargé du secteur « formation-entraînement », dirigé par Joseph Wolfinger, l’ancien directeur de la formation du FBI. La société a à sa tête le général Carl E. Vuono, ancien chef d’état major de l’armée américaine, qui a joué un rôle important dans la planification de la guerre du Golfe. Son premier client est le Département de défense américain qui lui demande d’élaborer des cours pour ses colonels. En juin 2000, MPRI est rachetée par L3 Communication qui fusionne elle-même avec Titan Inc. La société new-yorkaise est spécialisée dans l’électronique et les communications militaires. La Military Professionnal Rand Inc. est l’illustration parfaite du phénomène de fusions-acquisitions, rachats et rapprochements qui s’opèrent dans la nébuleuse des Sociétés Militaires Privées. L3-Titan dispose alors d’une branche armée, allant de l’assistance au soutien aux forces armées, en passant par des opérations humanitaires. Secopex est l’unique société française qui se définit elle-même comme une société militaire privée « de type anglo-saxon ». Rappelant que ce ne sont pas des activités mercenaires, Pierre Marziali, président directeur général de la société, tué à Benghazi dans la nuit du 12 au 13 mai 2011 expliquait qu’ils « assurent des missions de formation et de conseil militaire, ainsi que des opérations en milieu hostile à l’étranger ». Les clients sont des États souverains ou des entreprises pétrolières ou gazières, entre autres, pour des contrats de droit français. La société comptabilise environ 1 500 à 2 000 employés, anciens militaires pour la plupart, exerçant des métiers de pilote d’hélicoptère à nageur de combat . Active depuis 2003, elle revendique immédiatement le statut de Société d’appui stratégique et opérationnel. Comme tout autre entreprise, elle propose des stages de formation, nécessitant quelques pré-requis, qu’il est possible de financer par les aides du Pôle Emploi ou de l’ANPE. Le stage proposant la formation de contractor est accessible aux personnes issues du Ministère de Défense ou de l’Intérieur, qui ont exercé le métier d’Agent de Protection Rapprochée (formation aussi proposée), ont suivi une formation initiale dans la protection et sont titulaires d’une licence de tir de plus d’un an.

Comme toute société compétitive, les Sociétés Militaires Privées évoquent leur « transparence », et tentent d’offrir un visage apte à séduire leurs actionnaires et à rassurer leurs clients. Elles disposent de leurs propres services de marketing et de relations publiques, participent à des conférences, et se regroupent parfois en associations professionnelles.

Jean-Marc DESANTI

Les commentaires sont fermés.