Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

anc

  • Afrique du Sud : de la légende aux tripotages ?

     

    nelsonwinnie.1222190171.jpg

    (Paris) - Nous en avions tous tant rêvé de cette Afrique du Sud, symbole d’une nation arc-en-ciel. Nous avions été si joyeusement émus ce 11 février 1990 lorsque nous vîmes Madiba, surnom donné à Nelson Mandela eu égard à sa tribu d’origine, le poing levé en compagnie de son épouse Winnie dont il était séparé depuis vingt-sept ans ! Nous n’étions pas nés ce 21 mars 1960 lorsque soixante-neuf personnes périrent, fauchées par les balles de la police blanche de l’apartheid à Sharpeville. Nous avions tellement espéré quand Madiba devint le premier président noir de la république d’Afrique du Sud et prêta serment le 10 mai 1994 à Pretoria… 

    Après cinq années de présidence, lui qui évita au pays de sombrer dans le sang, Nelson Mandela annonce en janvier 2005 que son fils aîné Makegatho vient de mourir du sida. Dans un pays qui comptait cinq millions de séropositifs, où les malades étaient traités en pestiférés, où cette infection était considérée comme le pire des châtiments inavouables, Madiba avait osé. Le dire et critiquer ouvertement son successeur Thabo Mbeki, qui niait publiquement le lien entre VIH et sida…

    mandela2.1222190292.jpg

    Jeudi 25 septembre, Thabo Mbeki, successeur de Nelson Mandela à la tête du pays, quittera ses fonctions de président de la république, renvoyé par son propre parti, le Congrès national africain (ANC), sous l’accusation d’avoir influencé la justice contre son rival Jacob Zuma. Kgalema Motlanthe devrait assurer l’intérim jusqu’aux élections générales du deuxième trimestre 2009.

    mbeki2.1222190619.jpg

    La renaissance africaine, ce grand dessein que Thabo Mbeki désirait pour l’Afrique, s’est arrêtée aux portes de son propre parti. Lui, qui se voyait en meneur et guide, fédérant derrière l’Afrique du Sud les pays frères de tout le continent, a oublié les townships. Contrairement à ses compagnons de lutte, enfermés dans les geôles de l’apartheid, Thabo Mbeki vivait en exil, loin des cailloux du pénitencier de Robben Island. C’est peut-être durant ces années de séparation de la terre natale que s’immisça le poison de l’altération des dures réalités sud-africaines.

    Et demain ? Mandela, Mbeki et probablement Zuma. Ancien membre actif de la branche armée de l’ANC, Umkhonto We Sizwe, le fer de lance de la nation, Jacob Zuma, autodidacte qui a appris à lire et écrire à Robben Island, est inculpé de corruption, de fraude, de blanchiment d’argent… dans l’enquête impliquant le groupe d’armement Thales, ex-Thomson CSF. Le procès devrait s’ouvrir en décembre 2008, à quelques mois de l’élection présidentielle…

    http://africamix.blog.lemonde.fr/2008/09/23/afrique-du-sud-de-la-legende-aux-tripotages/