Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

die weiße rose

  • Sophie Scholl : Die Weiße Rose

    larose blanche.jpg

    Le groupe de La Rose blanche ( Die Weiße Rose ) était composé de cinq étudiants et d'un de leurs professeurs. Après avoir lancé des tracts dans la cour intérieure de l’université de Munich, Sophie Scholl est dénoncée à la Gestapo et est arrêtée avec son frère Hans le 18 février 1943. Conduite devant le« Tribunal du peuple », elle est condamnée à mort après un procès mené en trois heures seulement. Au cours du procès, Sophie dont la défense touchante sonne comme un appel au courage civil "Zivilcourage" en allemand , fait face avec un courage inébranlable et déclare :

    « Ce que nous avons dit et écrit, beaucoup le pensent. Mais ils n’osent pas l’exprimer. »

    C'est Freisler lui-même, le chef du Tribunal du peuple, venu spécialement de Berlin, qui annonce la sentence pour faits de « haute trahison, propagande subversive, complicité avec l'ennemi et démoralisation des forces militaires ». Elle sera guillotinée le jour même le 22 février1943 à Munich, et cela malgré la législation allemande qui imposait un délai de 99 jours avant l'exécution d'un condamné.

    « Le local d'exécution était situé à l'abri des regards et des intrus. La guillotine (die Fallschwertmaschine) était cachée derrière un rideau noir, et en état de marche. A 17 heures, deux gardiens amenèrent la condamnée. »

    «Le préposé à l'exécution rappelle son identité et lui lit la sentence, puis la remet entre les mains du bourreau. Les employés du bourreau la conduisent devant la guillotine et la font glisser sous le couperet.»

    Le procès-verbal mentionne aussi que « la condamnée était tranquille et sereine ». Sophie Scholl, héroïne de 20 ans, exemplaire de courage et de foi mérite d'être connue, aimée, admirée.