Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

finul

  • Selon un journal koweïtien : le Hezbollah décide d’affronter les Etats-Unis en Irak

    salut_nazi_enfants_hezbollah.jpg

    Le quotidien koweïtien "Al Seyassah" cite des sources proches de l’OTAN à Bruxelles, selon lesquelles le Hezbollah libanais a mis au point deux plans pour neutraliser la FINUL au Sud-Liban, un pacifique, l’autre militaire, en cas de conflit bilatéral avec Israël ou régional impliquant l’Iran et l’Etat hébreu.

    Selon les sources atlantistes citées par le quotidien « Al Seyassah », le Hezbollah se tient prêt à prendre d’assaut les permanences de la FINUL, d’une façon pacifique, à travers d’importantes vagues humaines qui investiraient les positions de la force onusienne et paralyseraient son action. Dans ce cas, la FINUL ne pourra pas riposter ni recourir à la force contre des civils. Mais, un autre plan plus musclé sera actif si la FINUL se défend et empêche les habitants, conduits par le Hezbollah, de prendre ses positions. Dans cette perspective, le quotidien affirme que des unités du Hezbollah se sont récemment entraînées à l’usage de nouvelles armes pour « mieux traiter » les chars français Leclerc, qui constituent la force de frappe de la FINUL. Pour ce faire, le Hezbollah pourra utiliser les missiles antichars qui ont prouvé leur efficacité contre les Merkava israéliens lors du conflit de l’été 2006, soit des engins explosifs.

    Le quotidien ajoute que le Hezbollah est conscient qu’un nouveau conflit armé avec Israël obligerait la FINUL à rester à l’écart, et au mieux, à se contenter de compter les violations du cessez-le-feu de part et d’autre. Et le parti reconnaît implicitement avoir renforcé ses positions au sud du fleuve Litani, mais sans pour autant violer la résolution 1701. Les manœuvres réalisées en novembre 2007 prouvent à la fois que le parti de Dieu s’est renforcé dans cette zone d’exclusion, et que la FINUL y est inefficace.

    Le quotidien croit en outre savoir que « le Hezbollah a décidé d’ouvrir un nouveau front avec les Etats-Unis, mais cette fois-ci en Irak ». Cette semaine, les Américains ont en effet annoncé l’arrestation d’un haut responsable du parti de Dieu à Sadr City, le fief chiite de la banlieue de Bagdad, ainsi que cinq autres cadres de l’Armée du Mahdi de Moqtada Sadr. Des dizaines de cadres du parti de Hassan Nasrallah se trouvent en Irak et entraînent des groupes radicaux irakiens, chiites et sunnites. Le quotidien ajoute que « l’assassinat à Damas du chef militaire du Hezbollah, Imad Maghnieh, est en partie lié à cette évolution. Les Américains étaient au courant de l’activisme de Maghnieh en Irak et de la détermination du Hezbollah à ouvrir un front direct avec Washington dans ce pays ». Hassan Nasrallah ne cache pas ces intentions : il avait consacré une partie importante de son dernier discours, le 26 mai dernier, à l’Irak, et avait appelé toutes les organisations armées irakiennes à accentuer la lutte contre l’occupation américaine.

    Traduction et synthèse de Chawki Freïha ( MAI )

    Lire l'article original : Al Seyassah - Koweït