Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

guerre afghanistan

  • Tirs pakistanais sur deux hélicoptères américains : le chef d'état-major américain appelle au calme

    avi_ar_100207.jpgWASHINGTON - Le chef d'état-major américain, l'amiral Michael Mullen, a cherché vendredi à apaiser les tensions entre Washington et Islamabad après un incident entre leurs armées jeudi à la frontière afghano-pakistanaise, en appelant au "travail d'équipe" et au "calme".

    "Aujourd'hui plus que jamais est le temps du travail d'équipe, du calme" dans la lutte contre les talibans et Al-Qaïda, qui selon Washington et nombre d'experts ont reconstitué leurs forces dans les zones tribales pakistanaises frontalières avec l'Afghanistan, a-t-il affirmé lors d'une conférence de presse.

    Il a par ailleurs indiqué avoir "reçu des assurances de la part des dirigeants militaires pakistanais qu'il n'existe aucune intention ou projet de tirer sur les forces armées américaines", lors d'une rencontre la semaine dernière avec le chef de l'armée pakistanaise, le général Ashfaq Kayani, et a dit qu'il n'avait pas de raison de croire que ces relations avaient changé depuis.

    Ces propos interviennent au lendemain d'échange de tirs entre militaires pakistanais et Américains le long de la frontière afghano-pakistanaise, après des tirs pakistanais sur deux hélicoptères américains. Les Etats-Unis assurent qu'ils étaient en territoire afghan et n'ont jamais franchi la frontière, Islamabad jure lui qu'ils étaient au Pakistan.

    "Personne ne peut tirer profit de malentendus entre nous, ou d'une rhétorique dure ou d'un conflit ouvert. Nous combattons tous le même ennemi", a insisté l'amiral Mullen.

    "Je reste persuadé que les chefs militaires pakistanais comprennent la nature du problème et travaillent dur pour l'éliminer", a souligné l'amiral Mullen, en saluant les récents efforts entrepris par l'armée pakistanaise pour déloger les insurgés de leur côté de la frontière.

    Les militaires ont affirmé vendredi avoir tué plus d'un millier de combattants islamistes, dont cinq de leurs chefs, depuis le lancement en août d'une grande offensive dans les zones tribales du nord-ouest du Pakistan, frontalières avec l'Afghanistan.

    L'amiral Mullen a rappelé que l'état-major avait entrepris "un examen de notre stratégie militaire dans la région frontalière, côté afghan mais aussi côté paksitanais, pour identifier les problèmes mais aussi trouver des solutions multilatérales".

    "Nous travaillons dur pour améliorer la coordination des deux côtés de la frontière", et "nous avons eu des réunions tripartites" entre Américains, Pakistanais et Afghans, a souligné le chef d'état-major américain.

    Il s'est dit "encouragé" par la proposition du minsitre afghan de la Défense d'établir une force conjointe afghano-pakistanaise pour patrouiller à la frontière. "C'est précisément le genre de coopération dont nous avons besoin", a-t-il dit.

    Il a toutefois affirmé que la solution n'était pas uniquement militaire, mais aussi économique, alors que le Pakistan est en difficultés.

    L'incident de jeudi a avivé les tensions déjà fortes entre les Etats-Unis et le Pakistan, pourtant son allié-clé dans sa "guerre contre le terrorisme", ce dernier accusant les forces américaines en Afghanistan de multiplier ces derniers temps les tirs de missiles par des avions sans pilote (drones) sur son territoire contre les talibans et des combattants d'Al-Qaïda, en violant sa souveraineté.

    ©AFP

  • أميركا: اعتقال عناصر ينتمون لحزب الله في العراق

    بغداد: قال الجيش الأميركي في العراق ان قواته اعتقلت خلال ال24 ساعة الماضية تسعة عناصر ينتمون الى تنظيم حزب الله في العراق خلال مداهمات نفذت شمال العاصمة العراقية بغداد.

    n707495246_2589088_8937.jpg

    وذكر بيان للجيش الأميركي وزع اليوم ان قواته قامت بناء على معلومات من سجناء عراقيين باعتقال احد زعماء التنظيم وهو متورط بقيادة خلية ارهابية تعمل جنوب البصرة وبتهريب الاسلحة من ايران الى العراق مشيرا الى ان عملية الاعتقال طالت كذلك ثلاثة من شركاءه.

    وفي عملية منفصلة تم اعتقال شخص اخر مع اثنين من مساعديه من نفس التنظيم في شمال بغداد قرب قاطع الاعظمية حيث تقع منطقة الشعلة موضحا ان المعتقلين متورطين بصناعة العبوات الناسفة وتنفيذ الهجمات الصاروخية.

    وفي حادثة ثالثة اعتقلت القوات الأميركية عنصرا من حزب الله في العراق متورط بتصميم الموقع الالكتروني للتنظيم وتنسيق العمل الدعائي لهم ولم يكشف البيان عن تفاصيل اعتقال العنصر التاسع في التنظيم. يذكر ان الجيش الأميركي يقول ان حزب الله في العراق يتلقى الدعم والتمويل من ايران مشيرا الى ان عمل التنظيم مشابه لعمل الجماعات الخاصة في العراق من ناحية استخدام الصواريخ والعبوات الناسفة.

    L’armée américaine annonce l’arrestation de combattants du Hezbollah en Irak

    L’organisation "mère" du Hezbollah est l’une des pièces maitresses du régime des mollahs en Iran, qui leur permet d’exporter la Révolution chiite de Khomeïny. Sa présence ne se limite pas au Liban, mais touche aussi le Koweït, le Bahreïn et l’Irak, sans parler de l’infiltration de l’Afrique et de l’Amérique latine. Les Américains viennent d’arrêter neuf membres de l’antenne irakienne, ce qui ne manque pas de tendre davantage les relations avec l’Iran.

    Le site « Elaph.com » cite l’agence koweïtienne « KUNA » pour affirmer que l’armée américaine a arrêté, durant les dernières 24 heures, neuf membres du Hezbollah, dans des perquisitions menées en Irak, notamment au nord de Bagdad. Ces opérations, réalisées sur la base d’informations fournies par des terroristes arrêtés, ont permis l’arrestation du chef d’une cellule du Hezbollah et de trois de ses lieutenants. Ils sont responsables du trafic d’armes depuis l’Iran, et très actifs dans la région de Bassorah. Les autres terroristes étaient chargés de la fabrication d’engins explosifs dans le quartier d’Al-Azamiya. Il leur est attribué plusieurs tirs de missiles... Enfin, un membre du Hezbollah, chargé du site internet du mouvement et responsable de la propagande, figure parmi les terroristes arrêtés.

    L’antenne irakienne du Hezbollah avait été mise en place, armée et financée par l’organisation mère du Hezbollah en Iran, et ses combattants avaient été entraînés par des instructeurs du Hezbollah Libanais. Imad Maghnieh était l’un des plus importants coordinateurs de l’installation du Hezbollah en Irak.

    Traduction et synthèse de Chawki Freïha ( MAI )