Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

guerre du liban

  • Nouvelles fausses révélations excitantes sur la guerre de l’été 2006 entre Israël et le Hezbollah

    774_Le_Hezbollah_contre_la_democratie.jpgLes menteurs ont de plus en plus de mal à berner les lecteurs, surtout quand leurs mensonges sont cousus de fil blanc. Le drame c’est qu’ils sont obligés d’inventer en permanence de nouveaux mensonges pour justifier leurs précédentes farces.

    C’est ainsi que fonctionnent la propagande syro-iranienne et le réseau médiatique du Hezbollah libanais, disséminé à travers le monde. Après avoir exploité une kyrielle de sites et de blogs basés en Occident, pour justifier leurs mensonges et leur donner un certain crédit, ils nous servent aujourd’hui des plats réchauffés qui ont le mérite de dévoiler à l’intelligence des lecteurs les mensonges antérieurs. Par exemple, le quotidien algérien « El-Khabar », qui concurrence le journal « Ech-Chorouk » dans la médiocrité, affirme ce 11 juin qu’un rapport secret français émanant du Quai d’Orsay attribue l’assassinat de Rafic Hariri à Israël et révèle les secrets de la guerre de 33 jours entre Israël et le Hezbollah (été 2006).

    « El-Khabar » n’est peut-être pas fautif, puisqu’il attribue l’information à un site syrien, « Sada Souria » (l’écho de Syrie), lequel avait publié la même information le 10 juin. L’erreur du journal algérien ne réside pas seulement dans le fait qu’il prend pour « argent comptant » les révélations du site syrien, mais surtout dans le fait qu’il ne se donne pas la peine de les vérifier. Or, l’article publié à Damas, puis à Alger le lendemain, remonte au mois d’avril 2007. Déjà, la source d’origine est très douteuse, puisqu’il s’agit d’un site américain semblable au « Réseau Voltaire ». Les gérants du site « TBRnews.org » revendiquent leur hostilité à la politique de George Bush. Ils sont accusés d’être des néonazis, des communistes, des antisémites, des haïsseurs des chrétiens…

    Sous la plume du brillantissime Brian Harring, ce site avait ainsi publié, le 1er avril 2007, une « analyse » attribuant à une note des services français qu’un fonctionnaire du Quai d’Orsay lui aurait transmise, et révélant que « les Israéliens ont assassiné Rafic Hariri ». La supposée note secrète des Services français, de 300 pages, affirme selon Harring qu’« Israël a menti sur ses pertes lors de la guerre de l’été précédent ». Selon l’auteur, « ce ne sont pas 119 morts que Tsahal a perdus dans sa guerre contre le parti chiite, mais 2.300 morts (deux mille trois cent) et 700 blessés ». D’ailleurs, avance l’auteur, « cette guerre n’était pas une réaction à l’opération du Hezbollah du 12 juillet, mais bel et bien une guerre préparée et planifiée par les Etats-Unis et l’Etat hébreu ». [On pourrait légitimement s’interroger sur les raisons qui ont poussé le Hezbollah à accepter un cessez-le-feu, alors qu’il était en bonne voie pour exterminer l’Etat sioniste !!].

    Le 6 avril 2007, le site palestinien altermondialiste « ISM » (International Solidarity Movement) et membre du « Réseau Voltaire », a publié l’analyse de Harring traduite par Marcel Charbonnier, un membre du réseau de Thierry Meyssan. Quatorze mois plus tard, le site syrien « Sada Souria » s’y réfère, devançant d’un jour le quotidien algérien « El-Khabar ».

    En conclusion, non seulement il conviendrait de dire que l’analyse originale est complètement infondée, mais surtout, il faudrait rechercher les raisons de sa rediffusion plus d’un an plus tard. Ses auteurs seraient-ils à court d’idées alors que toute leur propagande est dévoilée au grand jour ? Ou au contraire, en servant un « plat réchauffé », cherchent-ils à préparer les esprits à de nouveaux événements qu’ils souhaiteraient attribuer aux sionistes ?

    Or, cette propagande peut en cacher une autre. Il est en effet important de souligner que le site syrien « Sada Souria » révèle, le 11 juin, que « plusieurs services de renseignements s’attendent à une nouvelle vague d’attentats terroristes qu’Al-Qaïda prépareraient contre plusieurs pays arabes dont l’Arabie, et contre deux pays européens. La logistique matérielle et humaine est prête pour frapper de grands coups », souligne la même source. Selon notre lecture, la Syrie ne digère pas la position saoudienne dans le dossier libanais, et ne supporte pas le refus de Riyad de normaliser avec Damas, après les accords interlibanais signés à Doha, sous l’égide du Qatar et de la Ligue arabe. Les services syriens prépareraient ainsi le terrain et les esprits pour punir l’Arabie et mettre ainsi à exécution les menaces proférées par Bachar Al-Assad et Farouk Chareh contre le régime saoudien. Quant aux pays européens, l’Espagne serait en ligne de mire, surtout depuis que Madrid ait décidé, le 6 juin 2008, d’extrader le marchand d’armes syrien, Mounzer Al-Kassar, aux Etats-Unis (arrêté le 7 juin 2007 à Madrid). Ainsi, Damas serait sur le point d’étendre son alliance avec Al-Qaïda au-delà du théâtre habituel en Irak et au Liban, pour lui commanditer des attentats d’envergure en Arabie, en Espagne et ailleurs. C’est ce qui semble justifier l’arrestation, le 10 juin en Espagne, de huit islamistes algériens présumés liés à l’organisation de Bin Laden.

    En définitive, par sa médiocrité et la légèreté de ses analyses, récupérées sans discernement ni vérification sur des sites douteux, la presse algérienne sert le terrorisme dont son pays est la première victime. Que ce soit volontairement ou involontairement, « El-Khabar » se discrédite lamentablement.

    Khaled Asmar - Beyrouth ( MAI )