Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jean-marie balestre

  • MORT DE JEAN MARIE BALESTRE

     

    1410359517.jpgLe dirigeant le plus controversé de l’histoire française des sports automobiles s’est éteint ce vendredi. Jean-Marie Balestre, président de la FIA entre 1985 et 1991, est décédé à l’âge de 87 ans.

    Avec la guerre, commence la période la plus trouble de la biographie de Jean-Marie Balestre : en 1940, réfugié à Toulouse, il adhère aux organisations d’extrême droite « Jeunes du Maréchal » puis « Jeune Front », où il fait la rencontre de Robert Hersant qui en est l’un des dirigeants.

    Il s’engage en 1942 dans la « NSKK » (Nationalsozialistische Kraftfahrkorps, ou unité nazie des forces motorisées) puis dans la Waffen-SS française (17 mai 1943) Il prend ses fonctions dans l’Ersatzkommando de la SS française, matricule 10.248, avec le grade de deuxième classe (Schütze).

    Il lance le 18 novembre 1942 le journal « Jeune Force de France » et collabore à « Devenir », le journal des SS français. Ces faits, révélés par le journaliste Pierre Dubreuil dans son ouvrage Des bolides en or paru en 1984 ne seront pas démentis par le principal intéressé

    Alors qu’Hersant parlera ensuite “d’erreurs de jeunesse”, Balestre niera ce passé et prétendra avoir été un agent de la résistance infiltré (invérifiable, vu que les personnes qui auraient fait parti de sa cellule ont toutes été capturées et exécutées.)

    Il a obtenu la carte de déporté en 1954, il est fait Chevalier de la Légion d’Honneur en 1979, il est nommé dans l’Ordre National du Mérite en 1990

    http://www.liguededefensejuive.net/spip.php?article264