Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

liban

  • Le Liban clé de l'abandon de SION par les USA ?

    couv LVS 3.jpg

    Comment Obama et ses conseillers « juifs américains » osent-ils leur funeste projet de destruction d’Israël en imposant un état palestinien dans les frontières de 1967 avec Jérusalem comme capitale « négociée » ?

    Durant la Guerre Froide, Israël était devenu une tête de pont des USA au Proche-Orient. Devant préserver cette région des éventuelles avancées du communisme, l’État a reçu une aide financière et militaro-économique considérable. « Sentinelle de l’Occident » face à un monde arabo-musulman pouvant basculer du côté de l’URSS, il a vécu quasiment sous perfusion constante des États-Unis. La sécurité d’Israël et sa fonction de gardien de l’ordre régional justifiaient, avec le contrôle des ressources pétrolières, la présence constante américaine dans cette région. 

    Débarrassée de son rival soviétique au début des années 90, l’unique super-puissance avait les mains libres pour redessiner la carte du Proche-Orient selon ses intérêts. Cela débuta par la Première Guerre du Golfe en 1991 avec l’aval des autorités internationales, puis l'intervention en Afghanistan  et en 2003, l'invasion de l’Irak sous le prétexte de restaurer la « démocratie ». Aujourd’hui la menace est dirigée vers la Syrie, par l’intermédiaire des « révolutions arabes » …. Mais plus contre l’Iran dont les USA ont sollicité l‘aide précieuse en Irak pour une alliance avec les chiites contre les « sunnites irakiens » .

    La dernière opération contre le Liban en 2006 a été commanditée par les États-Unis pour accélérer l’instauration de son projet de « Nouveau Proche-Orient ». Bush avait demandé à Israël d’ouvrir un front contre le Hezbollah, prélude à un soi-disant bombardement US contre les installations nucléaires de l’Iran. Cette opération s’inscrivait dans la guerre de 10 ans annoncée par Bush au lendemain du 11 septembre 2001 et qui vise à la mise en place du Grand Proche-Orient: Plan états-unien de division de la région en entités maintenues artificiellement en conflit les unes avec les autres sur des bases ethniques, religieuses ou économiques, mais toutes dépendantes des États-Unis par leur soumission aux diktats de l’OMC et du FMI. Israël a hérité alors du rôle de gendarme chargé de la répression de toutes les résistances nationales. Pour cela, Israël a obtenu de fixer lui-même ses frontières. Une première phase fut le redéploiement en Cisjordanie après l’évacuation de Gaza, puis la construction du mur. L’invasion du Liban visait à contrôler la zone du fleuve Litani convoitée depuis longtemps pour les ressources hydrauliques qu’il représente et sa position stratégique. 

    L’attaque contre le Hezbollah a offert à Israël l’occasion de prouver son utilité à son puissant protecteur. En apportant une contribution majeure à la guerre contre « le Terrorisme », il voulait montrer sa puissance et son efficacité. Cependant le Hezbollah avait connu deux évolutions majeures. 

    En premier lieu, il a été équipé de matériels très modernes, par la Syrie et l’Iran. Il dispose en particulier des missiles à longue portée, capables de frapper les grandes villes israéliennes. 

    Il a ensuite intégré le gouvernement libanais. Les élections de juin 2005 lui ont donné 11% de suffrages et 14 députés, au sein d’une coalition chiite qui en obtient 35 (sur 128) . Cela lui permit d’obtenir un ministère, celui de l’énergie, auquel il faut ajouter officieusement ceux des affaires étrangères et du travail, confiés à des proches du mouvement. Cette implication dans la vie politique libanaise, l’appel au dialogue, le renoncement, au moins officiellement, à l’idée de république islamique, la volonté de se financer de manière autonome apparaissaient à beaucoup d’analystes comme des signes d’une réelle volonté de se démarquer du tuteur iranien. Pour d’autres, au contraire, le renforcement de son arsenal et la présence de nombreux conseillers iraniens en son sein prouvent que le Hezbollah reste l’émanation de l’Iran. Cette conjonction d’une puissance militaire autonome au Liban, de l’influence de l’Iran et de l’infiltration dans les rouages de l’État, rendaient et rendent le Hezbollah particulièrement dangereux. 

    Le Hezbollah est dirigé par un Conseil consultatif exécutif de 7 membres, présidé par Nasrallah. Ce conseil est secondé par un très grand nombre d’organes, dont la Convention Générale qui fait fonction de Parlement. Cette Convention est elle-même dirigée par un Conseil exécutif de 12 membres. 

    Le Hezbollah est organisé en trois branches interdépendantes qui lui permettent d’agir presque simultanément dans toutes les facettes des conflits modernes. Il est à la fois une milice, un parti politique et une organisation socio-économique. Il comprend une branche militaire, détaillée plus loin, une branche de propagande et du recrutement et une très importante branche sociale (baptisée «Organe de la Sainte Reconstruction»). Premier employeur du Liban, l’organisation gère directement des écoles, des hôpitaux, des orphelinats et une chaîne de télévision (Al-Manar) 

    Le financement du mouvement provient de sources très variées. La Syrie et surtout l’Iran sont les principaux donateurs avec peut-être plusieurs centaines de millions de dollars par an. Mais le Hezbollah peut bénéficier aussi de dons privés, directs ou indirects par le biais d’organisations non gouvernementales. Il dispose de sociétés privées qui lui fournissent des fonds et servent de relais avec l’étranger. Grâce à sa représentation parlementaire, le Hezbollah parvient aussi à faire financer certains projets par de l’argent public. 

    La branche paramilitaire du mouvement est divisée entre un appareil de sécurité et un appareil de combat. Le premier comprend un service de protection des dirigeants du parti (le cheikh Nasrallah vit chaque jour dans un villa différente), un service de «sécurité centrale» (le service de renseignement) et un service de «sécurité opérationnelle» pour les actions clandestines. 

    Alors que Tsahal est une armée qui s’est créé et développée pour faire face à des armées arabes conventionnelles, la «Résistance islamique», l’appareil de combat, s’est construite dans l’opposition à Tsahal .Elle comprend deux composantes. 

    La première est une force purement défensive à base d’infanterie. Celle-ci est forte avant tout de ses deux à quatre mille soldats permanents, souvent vétérans de la guerre civile ou de la lutte contre la présence israélienne. Ces hommes, aidés par plusieurs dizaines de conseillers iraniens, disposent d’armements et d’équipements individuels de grande qualité (gilets pare-balles, casques, appareils de vision nocturne, masques à gaz, équipements miniaturisés de radio et de téléphonie). Complétée éventuellement par une dizaine de milliers de «réservistes», cette infanterie est organisée de manière rigoureuse, du trinôme au bataillon de 250 hommes. Elle est parfaitement incrustée dans le terrain et la population et donc largement invisible à la multitude de capteurs dont dispose Tsahal. Grâce à un équipement léger, une parfaite organisation du terrain et l’utilisation cynique de la population, l’armée du Hezbollah atteint un haut niveau de furtivité, prouvant ainsi que cette notion de furtivité n’est pas forcément synonyme de haute technologie. 

    Deux lignes de défense («Nasser» et «Badr») ont été édifiées sur les lignes de crête parallèles à la frontière. Pour faire échec à la suprématie aérienne israélienne, ces lignes s’appuient sur une multitude de villages fortifiés et un réseau souterrain de bunkers, de caches d’armes, de poste de commandement, etc.…reliés par des tunnels. 

    A partir de ce réseau de type «Viet-Cong», qui descend parfois à plusieurs dizaines de mètres de profondeur, les sections d’infanterie (15-20 hommes) pratiquent un combat très décentralisé fondé sur des attaques à très courte portée à l’arme légère ou au lance-roquettes, suivis de disparitions soudaines .Les miliciens chiites sont aussi passés maîtres dans l’emploi des mines et engins explosifs. 

    La particularité du Hezbollah, par rapport aux Tchétchènes ou aux rebelles irakiens par exemple, est que ce combat défensif «en essaim»  est appuyé par une puissante «artillerie portable» à base de missiles antichars. L’arsenal est impressionnant, allant des vénérables AT-3 Sagger 2 jusqu’aux très modernes AT-13 Metis-M, AT-14 Kornet-E en passant par les AT-4, AT-5 ou même des versions iraniennes des Dragon et TOW américains. Le Kornet-E est le plus redoutable de tous puisqu’il peut percer jusqu’à 1200 mm de blindage réactif grâce à une charge tandem de grande puissance et ce jusqu’à 5000 m. Le Hezbollah dispose aussi de nombreux RPG-29, capables de lancer une charge tandem de 4-5 kg à 450 m . 

    Cette organisation, soutenue par une profonde motivation, permet de défendre des positions avec une grande efficacité mais elle est forcément statique. Le Hezbollah ne peut prétendre effectuer de grands mouvements offensifs, ni se replier, sans être soumis à des feux massifs. Cette donnée est pleinement acceptée et l’infanterie du Hezbollah n’a pour seule mission que de freiner les troupes israéliennes (en lui infligeant des pertes) et couvrir ainsi la deuxième composante, offensive cette fois, constituée par les lance-roquettes et les missiles à longue portée. 

    Le Hezbollah dispose d’un stock de 14 à 16 000 roquettes ou missiles. 

    Ces projectiles sont insuffisamment précis pour frapper autre chose que des localités ou de larges infrastructures. 

    La très grande majorité de ces projectiles sont des roquettes de 122 mm (10 000 exemplaires) à 240 mm (Fajr-3), dont la portée ne dépasse pas 45 km, ce qui suffit à frapper Haïfa. Les charges explosives vont de 6 à 45 kg. Ces engins sont mis en œuvre par salve depuis des camions (le lanceur du Fajr-3 peut en lancer 14) ou individuellement depuis n’importe quel point, y compris depuis l’intérieur de bâtiments civils. La procédure de tir est extrêmement rapide et permet de changer facilement de positions. 

    Les pièces maîtresses sont cependant les roquettes frappant au-delà de 45 km et, surtout, les missiles d’origine iranienne de type Zelzal qui peuvent projeter plusieurs centaines de kilos d’explosifs sur Tel-Aviv .La dernière version du Zelzal est même capable de toucher n’importe quel point au nord du désert du Néguev, c’est-à-dire dans tout l’Israël «utile». La mise en œuvre des ces missiles est cependant assez longue et laisse une forte signature thermique. 

    Au moment où débuta la dernière « guerre», le Hezbollah disposait également d’une batterie de missiles sol-mer C-802 Noor, version iranienne du missile chinois Silkworm. Ce missile, guidé par radar, peut envoyer à vitesse subsonique (mach 0,9) une charge de 165 kg à plus de 120 km. 

    Le Hezbollah possède aussi une petite flotte d’une dizaine de drones de type Mirsad-1 ou Ababil-3 Swallow. 

    Deux d’entre eux ont même survolé le nord de la Galilée, en mars 2004 et en avril 2005, sans que Tsahal puissent les intercepter. De leurs bases au Sud Liban, les miliciens chiites ont pu voir en détail le dispositif adverse. 

    Le Hezbollah dispose enfin de quelques armements antiaériens, SA-7 et SA-14 MANPADS (manportable surface-to-air missile system), mais aussi des SA-16 et des SA-18 (version améliorée du SA-14, portant à 3500 m d’altitude sur 5 km de rayon). Mais il n’y a là rien qui puisse vraiment menacer la suprématie aérienne israélienne. 

    Le renseignement israélien estime que les armements les plus sophistiqués, missiles balistiques, drones, missiles sol-mer ou sol-air sont mis en œuvre, à partir d’un poste de commandement enterré, par des Iraniens du corps des Gardiens de la révolution islamique. Un centre de renseignement commun à l’Iran, la Syrie et le Hezbollah existe aussi à Damas, à l’ambassade d’Iran. Le Hezbollah a mis en place aussi un réseau de communications, combinant le très ancien, comme d’archaïques téléphones de campagnes enfouis dans le sol, et le très moderne, capable de résister aux intrusions et au brouillage. 

    L’ampleur de cette organisation mise en place depuis 2000 a échappé en partie au haut commandement israélien : défaut de renseignement ou d’assimilation des donnée? Avant de lancer leur dernière offensive, Tsahal avait cependant une bonne image des capacités du Hezbollah en termes de roquettes et missiles, la menace principale. On a en revanche nettement sous-estimé la capacité de résistance de l’infanterie du Hezbollah. 

    Ce « match nul » a déçu les américains qui s’étaient pourtant investis dans les préparatifs de l’invasion. Les conséquences ont été fulgurantes : Top départ donné aux fausses révolutions arabes. Accélération du contrôle total du Moyen-Orient. Extension du système capitaliste et sacrifice à très court terme de l’État d’Israël, désormais sans grande utilité dans un ordre nouveau « où tout le monde est démocratisé », en réalité « balkanisé». Les dirigeants israéliens n’ont rien vu venir trop occupés à ne jamais trop mécontenter leur puissant allié manipulateur. On peut parier, sans aucun risque, que le droit international capitaliste les mènera, pour toute récompense, devant un quelconque TPI. On leur réserve, à Washington, le sort des colonels grecs, des dictateurs argentins, ou des putschistes chiliens. leurs survies, aujourd’hui, dépend plus que jamais, malheureusement, de cette « alliance » , ou plus exactement de cette soumission. 

    En réalité le projet de l’administration américaine est calqué sur la destinée tragique de l’Afrique du Sud. 

    Il est grand temps que la politique israélienne se décide en Israël. Il est certain que seul le retour au sionisme historique, basé sur le volontariat des combattants et la lutte pour l'indépendance, pourra encore sauver des vies juives. Nous en sommes là. 

    Il serait criminel de ne pas le dire haut et fort. C’est l’heure des volontaires de toutes origines dans des brigades internationales, déployées sur le territoire actuel d’Eretz, pour défendre les valeurs de « liberté » autres que celles maudites du fric et du profit. 

    Qui peut avoir confiance dans les USA ? 

    Les manipulations répugnantes de la CIA avec les islamiques bosniaques, les services pakistanais, et les terroristes du Hamas et du Hezbollah devraient ouvrir définitivement les yeux des américanolâtres qui transforment régulièrement les jeunes israéliens en victimes, mercenaires de l’Oncle Sam . 

    Israël, c’est Massada et Massada c’est la lutte contre l’Empire 

     

    Jean-Marc DESANTI 

     

    Lire aussi sur : http://www.europe-israel.org/2011/05/le-liban-cle-de-labandon-de-sion-par-les-usa-par-jean-marc-desanti/

                          http://www.armees.com/info/articles/divers/le-liban-cle-de-l-abandon-de-sion-par-les-usa,42907.html

                          http://www.politique-actu.com/debat/liban-abandon-sion-jean-marc-desanti/269015/

                          http://www.legaulois.info/2011/05/le-liban-cle-de-labandon-de-sion-par.html

                          http://www.terrepromise.net/?p=8510

                          http://mplbelgique.wordpress.com/2011/05/23/le-liban-cle-de-l%E2%80%99abandon-de-sion-par-les-usa/#more-11876

                          http://www.jerusalemplus.tv/index.php?option=com_content&task=view&id=9217&Itemid=218

     

        EN GREC     http://infognomonpolitics.blogspot.com/2011/05/blog-post_1841.html

  • Blitzkrieg ou Game Over

    checkmate_by_eyesweb1-d2tp1om.jpg

    La France se trouve engagée, au moins dans trois guerres ou « opérations militaires d’envergure », Afghanistan, Libye et Côte d’Ivoire.
    Il est bien « humaniste » que la position première soit de se prononcer contre ces guerres, et évidemment « contre toutes les guerres ». Soit.
    Je suis contre ces guerres, contre la faim dans le monde, contre le SIDA, contre la neige en été, contre le racisme et les calvities précoces. On me dit « Indignez-vous ! », alors je m’indigne et tempête. C’est fait.
    Maintenant, tentons d’installer une position moins « humaniste » mais plus tristement humaine.
    La politique, c’est moche et violent. Et, comme le rappelle Carl von Clausewitz : « La guerre n’est rien d’autre que la continuation de la politique par d’autres moyens, On ne se bat jamais, paradoxalement, que pour engendrer la paix, « une certaine forme » de paix ».
    C’est ainsi, encore plus moche et plus violent.
    Mais, hormis le fait de jouer les Robinson en une île paradisiaque, si nous refusons de nous préoccuper de la politique, la politique,elle, s’occupe de nous jusqu’à la mise en guerre.
    On nous abreuve d’images de soldats, professionnels ou rebelles, de colonnes de blindés, en mouvement ou en cendres, de morts civils ou militaires, d’incendies, de bombardements. C’est du « déjà-vu ». Un quotidien de cruauté dans les relations internationales avec de très courts répits qu’exprimait parfaitement Valéry « et l’on nomme paix cet effort de tous contre tous ! »
    Nous en prenons acte et laissons aux pasteurs de nos âmes le sublime courage de réconcilier « des hommes et des dieux ».
    La question centrale et déterminante pour l’avenir des citoyens de notre pays n’est pas d’ordre métaphysique mais politique, mais pas de cette politique des évidences consternantes : « les talibans sont des égorgeurs, Kadhafi est cruel, Gbagbo n’était pas un vrai démocrate ».
    Allons plutôt au fond des choses dérangeantes : «  Pourquoi bombarder tel camp et pas tel autre ? Pourquoi tuer ces enfants, ces femmes et ces vieillards et pas ceux d’en face ? Comment se fait-il que l’ami d’hier devienne l’ennemi d’aujourd’hui ? ».
    La réponse est immédiate :« la communauté internationale unanime ……. condamne ». Traduisez, nous faisons la politique de notre allié, plus exactement nous sommes une force supplétive de notre puissant allié.
    Et pourquoi pas ? Ami des USA ce n’est pas « en soi » choquant. Il est préférable de choisir la force contre la faiblesse, de préférer la victoire à la défaite. Encore faut-il ne pas se tromper de monture et de destination. C’est précisément là le cœur de l’erreur. Les États-Unis d’Amérique sont une puissance en déclin.
    Devant la Chine, l’Inde et le Brésil, elle se disperse et comme tous les empires déclinants, pris de panique, jette ses forces dernières dans des guerres de rapines. Les brigands courent au pillage et raclent les fonds de tiroir avant la banqueroute.
    Ça à l’air, disent les médias sondeurs, de recueillir l’assentiment des européens.
    Vraiment ? Ces enfantillages de cours de récréation ? Ces conflits de pendard ? Ces turpitudes de malandrins gagne-petit ?
    Voulons-nous vraiment sauver l’Occident ? L’Hémisphère Nord ? L’Europe ? Sommes-nous vraiment lassés de ce bordel innommable ?
    Oui ? Alors d’accord, accrochons-nous au mât , ça va tanguer.
    1. Union militaire d’urgence entre l’UE et ce qui reste des USA et de la Russie.
    2. Écrasement total de la caste dirigeante Chinoise par tous les moyens.
    3. Destruction totale des organisations fondamentalistes sunnites ( pas des sunnites ! ) , ces gauchistes verts internationalistes, fauteurs de terreur, y compris « les monarchies pétrolières arabes »
    4. Alliance politique et militaire avec l’Iran, les chiites et leur clergé nationaliste ( Charbonnier est maitre chez soi ).
    5. Rétablissement de la pax romana Christiana au Moyen-Orient par la remise au pouvoir des chrétiens, au Liban, et la destruction de toutes les milices et de leurs pourvoyeurs.
    6. Annexion définitive de Gaza et de la Cisjordanie par Israël en contrepartie d’un statut juridique de Jérusalem, comparable au Vatican et de la création d’une CEM ( communauté économique méditerranéenne ) reposant sur un partenariat Israélo-Libano-Egyptien, s’inspirant du couple franco-allemand de la CEE.
    7. Autonomie politique totale de l’Amérique du Sud, en échange au Nord d’un repeuplement démographique d’Européens « de souche », de l’Atlantique à l’Oural.
    8. Indépendance absolue de l’Afrique subsaharienne, en échange de l’établissement d’une entité, lointaine cousine Indo-européenne, par la refondation du royaume berbère d’Afrique du Nord.
    9. Exfiltration des tribus blanches d’Afrique noire contre le retour en Afrique des tribus noires de l’Europe blanche.
    10. Élaboration d’un projet de survie écologique mondial, d’inspiration « solidariste »
    Alors Français, européens et peuples de la planète, voulez-vous un nouveau type de guerre ou la continuation de la chienlit ? Voulez-vous ensemble et pour une fois, d’une manière originale et radicale remettre de l’ordre face à la violence ou accompagner la décadence et la mort de notre Histoire commune ?
    On vous a imposé la barbarie contre le socialisme « à visage humain », il ne vous reste comme choix que La blitzkrieg ou le Game Over.
    Par Jean-Marc DESANTI – JSSNews
  • L’Iran « achète » les services de Jimmy Carter

    jimmy-carter.jpg

    Sorti de l’histoire par la petite porte, humilié par l’Iran en 1980 avec l’échec lamentable de l’opération Eagle Claw destinée à libérer les otages américains détenus dans l’ambassade de Washington à Téhéran depuis novembre 1979, Jimmy Carter tente de refaire surface au détriment du Liban.

    Mais l’âge avancé de l’ancien président américain, qui a collectionné les maladresses déjà dans sa jeunesse, n’arrange pas les choses. Bien au contraire. A 84 ans, Jimmy Carter semble avoir perdu toutes ses capacités de discernement, et il est sur le point de commettre au Liban l’une des plus graves et plus dangereuses intervention de sa carrière politique.

    En effet, des sources américaines bien informées soupçonnent Jimmy Carter d’avoir été « retourné » par l’Iran et la Syrie. Ces deux pays, qui ne connaissent de la démocratie que le nom, cherchent à exploiter Carter et sa Fondation pour la promotion de la démocratie en leur faveur, pour doter le terrorisme d’Etat qu’ils excellent, d’une caution démocratique « achetée » à Carter.

    Au printemps dernier, Carter avait effectué une tournée régionale, et rencontré des responsables du Hamas palestinien en Syrie et d’autres venus de Gaza, au Caire lire ici notre éditorial du 22 avril 2008]. Il avait plaidé contre le blocus de Gaza, qualifié de crime contre l’humanité. Sans porter un jugement sur la politique israélienne, l’initiative de Carter était considérée comme très embarrassante, alors que le Hamas était (et est toujours) inscrit sur la liste des organisations terroristes par Washington. Aujourd’hui, Carter récidive et vient de passer une semaine au Liban, où il a tendu la main au Hezbollah, lui aussi accusé d’être un mouvement terroriste. Or, le mouvement chiite, bras armé extérieur de l’Iran, a refusé de rencontrer Carter, pourtant reçu avec les honneurs en Syrie.

    Une mise en scène machiavélique

    A Washington, on redoute une mise en scène machiavélique qui achèvera le rêve démocratique du Liban, et anéantira tous les espoirs de voir ce pays recouvrer sa pleine souveraineté et son indépendance. En effet, à l’approche des élections législatives du printemps prochain et de la mise en place du Tribunal international, théoriquement début mars 2009 (Ban Ki-Moon vient de lier le lancement du TPI à son financement, ce qui risque de le renvoyer au-delà des législatives, avec les risques qu’une telle décision engendre), le Liban risque bien de tornades et de tempêtes. La Syrie met tout en place et use de toutes ses capacités de nuisance et de dissuasion pour échapper à la justice. Elle s’emploie à « récupérer », l’un après l’autre, les dirigeants libanais qui acceptent de se vendre. Le dernier exemple fut celui du général Michel Aoun, mais bien d’autres l’avaient précédé et lui succèderont sur les chemins de Damas. La visite du général Jean Kahwaji, le commandant en chef de l’armée, n’est pas sans rappeler celle du général Aoun en 1984, une visite secrète au cours de laquelle les Syriens ont réussi à le retourner contre le président d’alors, Amine Gemayel, contre la promesse de le propulser à la présidence de la République. Ce fut alors l’alliance entre Aoun et l’autre agent syrien, Elie Hobeïka. Aujourd’hui, Aoun remercie Damas et demande aux Libanais de présenter leurs excuses aux Syriens !

    Cette mise en scène vise à vider les institutions libanaises de leur contenu patriotique. Désormais, toute la hiérarchie militaire et une bonne partie de la classe politique sont liés directement ou indirectement à la Syrie. Seule l’Alliance du 14 mars y échappe. Pour la soumettre, ou la pulvériser, Damas et ses alliés libanais s’appuient sur Jimmy Carter. C’est ainsi que ce dernier a été boycotté par le Hezbollah, pour mettre la majorité en confiance. La Fondation Carter a proposé l’envoi d’observateurs pour surveiller le prochain scrutin. Le Hezbollah a refusé, mais l’ensemble de la classe politique a accepté. Ce faisant, cette surveillance, qui ne saurait couvrir tous le pays et l’ensemble des bureaux de vote, n’aura aucun moyen de dissuader la fraude dans les régions sous contrôle militaire du Hezbollah et de ses alliés, où l’argent et les armes feront la différence. A la sortie, le Liban aura connu un scrutin truqué, mais validé par le vieux Carter. Le Hezbollah s’en réjouira d’autant qu’il avait refusé de le rencontrer. Un piège implacable qui se prépare.

    Ainsi, la Syrie, qui a toujours promis que les élections seront remportées par ses alliés, aura honoré ses promesses, et retrouvé à Beyrouth un pouvoir ami. Le président Michel Sleimane ne lui oppose aucune hostilité. Bien au contraire, il n’aurait jamais été maintenu à la tête de l’armée pendant neuf ans, sous le président Emile Lahoud, s’il n’était pas digne de la confiance de la Syrie. Le commandant en chef actuel, Kahwaji, vient d’être coopté et a effectué une visite à Damas. Le président du Parlement, Nabih Berri, n’est autre que le plus fidèle allié de la Syrie qui n’avait pas hésité à remercier le régime avec sa fameuse expression « merci la Syrie ». Le possible ou probable ajournement du TPI permettra au Liban d’organiser les législatives et la fraude sous le contrôle de Jimmy Carter, et de se doter d’une nouvelle majorité composée du Hezbollah, du mouvement Amal, du général Aoun et de Sleimane Frangieh. Une fois devenue majoritaire, l’Alliance du 8 mars, qui s’est toujours opposée à la formation du TPI pour juger les assassins de Rafic Hariri, ne manquera pas d’annuler d’un trait de stylo les accords signés par les gouvernements Siniora, dont le TPI. Le Liban s’apprête à retourner à la case départ, et la Syrie à étendre son influence une nouvelle fois sur le pays du Cèdre.

    Ce scénario n’est pas virtuel. A Washington, l’administration sortante en est consciente et redoute ses effets néfastes sur la crédibilité des Etats-Unis et de la gouvernance Obama. Mais les Républicains reconnaissent qu’ils sont démunis face à l’activisme de Carter et de sa Fondation, qui mènent des initiatives privées. Reste à savoir si l’initiative de Carter est coordonnée avec Barack Obama et les démocrates, ou si elle est réellement privée. Quoiqu’il en soit, les dirigeants libanais doivent en être conscients et prendre les précautions qui s’imposent avant que le piège ne se referme sur eux. Ils doivent se méfier de Carter, qui n’est pas à son premier coup d’éclat. Ils sont invités à consulter l’histoire de cet homme qui a vu des OVNI, et qui a été agressé par un lapin. Qui peut encore lui faire confiance ?

    Khaled Asmar © « MediArabe.info »

  • Pour empêcher la guerre, ou la retarder, l’Iran allume un contre-feu régional grâce au terrorisme سپاه پاسداران انقلاب اسلامى,

    2ddcc44a-1237-11dd-b282-4e91f263cfff.jpgAu moment où les Gardiens de la Révolution (سپاه پاسداران انقلاب اسلامى,)  organisaient d’importantes manœuvres maritimes et terrestres en Iran, pour prouver leurs capacités à riposter contre toute attaque israélienne ou américaine, la région connaît une flambée de violence tous azimuts. L’Iran en serait l’organisateur dans un double objectif.

    Parallèlement à la montée de la tension entre la communauté internationale et l’Iran dans le dossier nucléaire, tension marquée ces derniers jours par les manœuvres américaines dans le Golfe, suivies d’exercices iraniens et de tirs de missiles de longue portée, les opérations terroristes se sont multipliées dans la région, notamment dans les pays où la République islamique possède de l’influence, directement par les antennes locales du Hezbollah, ou indirectement par Al-Qaïda dont les dirigeants sont hébergés en Iran et exploités par ses Services.

    Ainsi, au Soudan, une attaque contre les forces africaines stationnées au Darfour a fait ce mercredi cinq morts et une quinzaine de disparus ; en Turquie, une fusillade visant le consulat américain a fait six morts ; en Irak, les attentats se succèdent avec leurs lots de victimes. Le dernier en date vient de frapper Mossoul, ce mercredi, faisant sept morts et une vingtaine de blessés... Vue sous cet angle, l’attaque qui a visé l’ambassade d’Inde à Kaboul, faisant 41 morts et 140 blessés, pourrait avoir été fomentée par Téhéran, d’autant plus que l’Afghanistan l’a attribuée aux Services d’un pays voisin. Après le démenti du Pakistan, l’Iran reste le principal suspect.

    Il s’agit d’une démonstration de force réalisée par les Iraniens pour prouver leurs capacités de nuisance en cas d’attaque contre leurs sites nucléaires. Ils avaient promis de brûler Tel-Aviv, de détruire la flotte américaine dans le Golfe et de s’en prendre aux intérêts américains dans la région. A travers le terrorisme en Irak, en Afghanistan, en Turquie, au Soudan et dans d’autres pays et monarchies du Golfe, ainsi qu’à Gaza et en Egypte, au Liban et bien au-delà, Téhéran cherche à déstabiliser ses adversaires régionaux et à dissuader Washington et Tel-Aviv de s’aventurer dans un conflit armé. Les Iraniens rappellent aussi que leur bras est long, et qu’il est capable de déstabiliser l’ensemble de la planète. Le président syrien, Bachar Al-Assad, l’avait promis lui aussi à Ban Ki-Moon. Aujourd’hui, réhabilité par la France, Assad délègue sa sale mission à Mahmoud Ahmadinedjad. Assad aura donc tout le loisir et le plaisir de se consacrer à « caresser » la France et à l’endormir, pour mieux la berner. Il pousse son machiavélisme à son comble et projette de nommer à Paris son futur ambassadeur à Paris en la personne de Haïtham Staïhi, membre du commandement du Baas syrien [En outre, la France aurait accordé 75 visas à la délégation syrienne qui doit accompagner le Président Assad au sommet de l’UPM, le 13 juillet. Parmi les dirigeants syriens qui « honoreront » la France, le 14 juillet, figure notamment le beau-frère Assef Chawkate. Son épouse (sœur du Président) Bouchra Al-Assad serait déjà à Paris depuis trois jours. Elle s’affaire à mettre à jour sa garde-robe, profitant des soldes parisiens, ont ironisé des sites syriens]. Cette évolution était prévisible. Les stratèges syriens l’avaient planifiée et dévoilée à travers l’interview de Bachar Al-Assad à « France 2 », en mars 2007.

    Khaled Asmar ( MAI )

  • LIBAN : Des tentacules poussés toujours un peu plus loin

    1189504200Extremisme-virtuel-1494.jpgLa politique des petits pas… Avec persévérance, et détermination, le Hezbollah étend jour après jour ses tentacules pour contrôler des pans de plus en plus larges du pays. Et progressivement, de façon pernicieuse, sans que le citoyen lambda ne s’en rende compte, tel un minutieux travail de fourmi, il pousse toujours un peu plus loin les limites de son expansionnisme. Tout récemment, et à en croire des témoins oculaires, c’est sur les cimes du Mont-Liban, sur les hauteurs de Niha, de Ouyoune el-Simane, de Sannine et de Laklouk, qu’il a étalé sa présence milicienne. Une présence qu’il a, certes, démentie hier. Mais pourquoi un tel démenti aurait-il plus de crédit que son affirmation, sans cesse renouvelée, selon laquelle il ne retournerait jamais ses armes vers l’intérieur ? D’autant qu’un tel déploiement (confirmé par des sources de sécurité), même s’il ne s’est produit que d’une manière ponctuelle et temporaire, s’inscrit dans la logique même du projet du parti chiite. En effet…
    … Sous le couvert de « résistance », le parti intégriste chiite maintient un arsenal militaire digne d’une puissance régionale. Sous le couvert de « résistance », il crie à la traîtrise dès qu’une quelconque partie manifeste ne fût-ce que la velléité d’initier un débat sur l’opportunité de son jusqu’au-boutisme guerrier, qu’il considère comme un tabou intouchable. Sous le couvert de « résistance », il s’obstine à vouloir monopoliser la décision de guerre et de paix, laquelle est, de surcroît, du seul ressort du guide suprême de la révolution iranienne (« wilayat el-fakih » et projet politique supranational obligent). Sous le couvert de « résistance », il s’est taillé un territoire à sa mesure, interdisant aux forces de l’ordre régulières, ou même à certaines administrations publiques, d’y avoir accès. Sous le couvert de « résistance », il a établi son propre réseau de télécommunications, qu’il qualifie de ligne rouge, à l’instar de son armement stratégique. Sous le couvert de « résistance », il se permet de fixer des limites à l’action de l’État et de l’armée libanaise, comme il est apparu dans le discours prononcé par le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah au lendemain de l’élection du président Michel Sleiman. Rien d’étonnant, par voie de conséquence, et toujours sous le couvert de « résistance », qu’il s’octroie le droit de parader dans le « jurd » du Mont-Liban surplombant la Békaa, posant des entraves à la libre circulation des citoyens.


    Lire la suite : http://www.lorientlejour.com/page.aspx?page=article&id=375609

  • En adoubant le nouveau président libanais, la France a choisi le déshonneur, mais évitera t-elle la guerre ?

    sleimane_sarkozy.jpg

    Premier chef d’état étranger à se rendre au Liban après «l’élection» du Général Sleimane, notre Président a pris dans ses bagages les éminents représentants de la classe politique, de droite, du centre et de la gauche. Sauf Olivier Besancenot, Jean-Marie Le Pen et Philippe de Villiers, c’est toute la France officielle qui s’est précipitée à Beyrouth pour frapper du sceau de l’honorable le coup d’état du Hezbollah réalisé sous les ordres de l’Iran et de la Syrie. La France pouvait choisir entre le déshonneur et la guerre, elle a choisi le déshonneur et elle a eu la guerre disait Churchill en 1939. On devrait paraphraser ce dicton et dire : La France pouvait choisir entre la majorité anti-syrienne et le déshonneur, elle a choisi le déshonneur …

    Car c’est quoi moins que le déshonneur, pour le pays qui a créé le Liban, quand on accepte la mainmise du Hezbollah sur ses destinées. C’est quoi moins que le déshonneur pour le pays qui a imposé la résolution 1701 (désarmement du Hezbollah) que d’accepter un président après que les trois conditions posées par l’Hezbollah (droit de véto au gouvernement, réseau de communications hors du contrôle de l’Etat Libanais, contrôle de l’aéroport de Beyrouth) eussent été «légalisées» par un accord obtenu par le Qatar ? C’est quoi moins que le déshonneur que de ratifier la mainmise de la Syrie sur le Liban après avoir été éconduit au bout d’un chemin à Damas effectué par deux «hauts» émissaires, vu que notre ministre des affaires étrangères n’a pas réussi à y aller ?

    Lire la suite : http://www.libertyvox.com:80/article.php?id=324

  • Selon un journal koweïtien : le Hezbollah décide d’affronter les Etats-Unis en Irak

    salut_nazi_enfants_hezbollah.jpg

    Le quotidien koweïtien "Al Seyassah" cite des sources proches de l’OTAN à Bruxelles, selon lesquelles le Hezbollah libanais a mis au point deux plans pour neutraliser la FINUL au Sud-Liban, un pacifique, l’autre militaire, en cas de conflit bilatéral avec Israël ou régional impliquant l’Iran et l’Etat hébreu.

    Selon les sources atlantistes citées par le quotidien « Al Seyassah », le Hezbollah se tient prêt à prendre d’assaut les permanences de la FINUL, d’une façon pacifique, à travers d’importantes vagues humaines qui investiraient les positions de la force onusienne et paralyseraient son action. Dans ce cas, la FINUL ne pourra pas riposter ni recourir à la force contre des civils. Mais, un autre plan plus musclé sera actif si la FINUL se défend et empêche les habitants, conduits par le Hezbollah, de prendre ses positions. Dans cette perspective, le quotidien affirme que des unités du Hezbollah se sont récemment entraînées à l’usage de nouvelles armes pour « mieux traiter » les chars français Leclerc, qui constituent la force de frappe de la FINUL. Pour ce faire, le Hezbollah pourra utiliser les missiles antichars qui ont prouvé leur efficacité contre les Merkava israéliens lors du conflit de l’été 2006, soit des engins explosifs.

    Le quotidien ajoute que le Hezbollah est conscient qu’un nouveau conflit armé avec Israël obligerait la FINUL à rester à l’écart, et au mieux, à se contenter de compter les violations du cessez-le-feu de part et d’autre. Et le parti reconnaît implicitement avoir renforcé ses positions au sud du fleuve Litani, mais sans pour autant violer la résolution 1701. Les manœuvres réalisées en novembre 2007 prouvent à la fois que le parti de Dieu s’est renforcé dans cette zone d’exclusion, et que la FINUL y est inefficace.

    Le quotidien croit en outre savoir que « le Hezbollah a décidé d’ouvrir un nouveau front avec les Etats-Unis, mais cette fois-ci en Irak ». Cette semaine, les Américains ont en effet annoncé l’arrestation d’un haut responsable du parti de Dieu à Sadr City, le fief chiite de la banlieue de Bagdad, ainsi que cinq autres cadres de l’Armée du Mahdi de Moqtada Sadr. Des dizaines de cadres du parti de Hassan Nasrallah se trouvent en Irak et entraînent des groupes radicaux irakiens, chiites et sunnites. Le quotidien ajoute que « l’assassinat à Damas du chef militaire du Hezbollah, Imad Maghnieh, est en partie lié à cette évolution. Les Américains étaient au courant de l’activisme de Maghnieh en Irak et de la détermination du Hezbollah à ouvrir un front direct avec Washington dans ce pays ». Hassan Nasrallah ne cache pas ces intentions : il avait consacré une partie importante de son dernier discours, le 26 mai dernier, à l’Irak, et avait appelé toutes les organisations armées irakiennes à accentuer la lutte contre l’occupation américaine.

    Traduction et synthèse de Chawki Freïha ( MAI )

    Lire l'article original : Al Seyassah - Koweït

  • Victime de ses voisins, la Syrie et Israël, le Liban sort du coma et aborde une phase délicate de convalescence

    386846541.jpg

    Les événements qui secouent le Liban depuis son indépendance semblent confirmer la légende selon laquelle le Créateur a voulu se faire pardonner des atouts qu’Il a attribués au Liban et aux Libanais, en leur donnant des voisins exécrables.

    Cette légende devient aujourd’hui une réalité. L’officialisation des négociations de paix entre Israël et la Syrie, par l’intermédiaire de la Turquie, prouve que le Liban et les Libanais ont servi et serviront de monnaie d’échange. Le régime syrien pense ainsi qu’en renouant le dialogue avec « l’ennemi sioniste », il obtiendrait l’annulation du Tribunal international, et passerait ses crimes contre le Liban aux oubliettes. Ce qui lui accorderait un nouveau souffle et le maintiendrait au pouvoir à Damas. Le premier ministre israélien, Ehud Olmert, croit de son côté que conclure une paix avec la Syrie lui permet de sauver son fauteuil et sa carrière, alors qu’il est trempé dans la corruption et est appelé à répondre de plusieurs scandales financiers.

    Ainsi, les deux pays voisins du Liban, qui font partie des « forces des ténèbres » selon une personnalité libanaise, se sont acharnés sur le Liban, ce « pays message », « pays lumière », jadis « phare de l’Orient », dans le seul objectif d’améliorer leur position respective dans les négociations de paix.

    http://mediarabe.info/spip.php?article1418

  • Tensions entre le Hezbollah et le gouvernement libanais

    104027130.jpgLa violence armée semble gagner du terrain au Liban entre les autorités officielles et le Hezbollah. L'organisation terroriste vient de prendre une initiative qui risque d'envenimer ses relations avec le régime en place en paralysant les activités du seul aéroport international du pays, à Beyrouth. Pour cela, elle a bloqué les voies d'accès au terminal et des artères de la capitale libanaise.

    Réagissant à ces mesures, la compagnie aérienne nationale du Liban, Middle East Airlines, a annoncé qu'elle interrompait tous ses vols pendant 12 heures, "en attendant des développements positifs" comme elle l'a précisé dans le communiqué officiel qu'elle a publié.

    Le Hezbollah a effectué cette démarche hostile pour protester contre l'attitude du gouvernement en place, soutenu par les Etats-Unis et par d'autres pays occidentaux. Les leaders de l'organisation terroriste ont indiqué qu'ils envisageaient d'autres actions du même genre en guise de protestation contre la politique des autorités. De son côté, le gouvernement libanais a décidé de sanctionner le Hezbollah en refusant par exemple de permettre le fonctionnement de son réseau d'informations  à travers le Liban.

    Autre motif de conflit entre le Liban et le Hezbollah: l'organisation terroriste a été accusée par les autorités d'avoir photographié en secret différents vols en partance de l'aéroport de Beyrouth. Le gouvernement libanais craint que ces clichés soient utilisés par la suite pour la préparation d'un attentat. Le porte-parole du Hezbollah a bien entendu réfuté ces allégations, prétendant qu'il s'agissait de "médisances trahissant les frayeurs du pouvoir".

    Claire Dana Picard ( arouts 7)