Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

michel sardou

  • VA T' IL FALLOIR QUE NOUS RENDIONS JUSTICE NOUS MEME,COMME AU TEMPS DU FAR-WEST ?

    1329252.jpgChère Madame, cher Monsieur,
    Je suis la fille du chanteur Michel Sardou, mais je suis avant tout une femme comme les autres, sans protection particulière de la police ni gardes du corps.
     
    La nuit de Noël 99, je rejoignais ma voiture devant chez moi, quand j’ai senti des bras qui m’agrippaient dans le noir. Quelques instants plus tard, des hommes m’emportaient en voiture, un capuchon sur la tête, un couteau sous la gorge.
     
    Je ne vous écris pas pour vous raconter le viol collectif et les sévices atroces que j’ai subis cette nuit-là. J’avais 26 ans, et, quand ils m’ont abandonnée sur un terrain vague, ma vie était quasiment détruite.
     
    Si je prends contact avec vous, c’est pour vous demander d’agir de toute urgence auprès des Pouvoirs Publics en remplissant le Référendum sur la Justice ci-joint, pour que d’autres jeunes filles et femmes ne subissent pas le même sort. Car il faut que vous sachiez que le véritable chemin de croix pour la victime commence souvent après l’agression. 
     
    Dans mon cas, il y a d’abord eu l’angoisse abominable, quand le médecin m’a annoncé que j’avais probablement contracté le virus du SIDA.  Puis il y a eu l’incompréhension et la révolte, quand j’ai appris que deux de mes violeurs étaient des récidivistes, qui avaient été remis en liberté par la Justice peu de temps auparavant.  Mais j’ai connu le désespoir quand le procès s’est ouvert. Le choc a été presque aussi dévastateur que celui de l’agression.  Les rôles étaient inversés. Tout se passait comme si j’étais moi-même une criminelle : n’était-ce pas moi qui avais séduit mes agresseurs ?
     
    N’avais-je pas, par hasard, ressenti un plaisir secret à être violée ?  Pire encore, n’étais-je pas une « privilégiée », alors que mes violeurs venaient d’une cité défavorisée ?  Mon avocat m’a donné un seul conseil : « restez calme »… mais j’ai souvent eu l’impression que la justice en France avait moins d'estime pour les victimes que pour les bourreaux.  On m’a imposé des expertises psychiatriques, des examens psychologiques comme si c’était moi l’accusée. Les moindres détails de ma vie privée et de mon passé ont été disséqués, exposés publiquement, puis repris par la presse. 
     
    Au contraire, les « experts » ont reconnu toutes sortes d’excuses à mes violeurs : selon eux, ils avaient fait preuve d’une certaine «ntelligence », ils étaient en « déficit affectif », c’étaient des «individus perturbés », ils « manquaient d’assurance »... La question principale pour les magistrats semblait être de trouver un moyen de les « réinsérer » au plus vite, bien qu’ils n’aient manifesté aucun repentir, ni présenté la moindre excuse sincère.
     
    Mais le pire, c’est que, bien que les jurés d’assise les aient tous condamnés à des peines de 10 ans de prison ou plus... … la Justice a relâché le premier après deux ans seulement, en 2002!!!.  Quand mon avocat m’a appris qu’il était en liberté, je n’ai plus osé sortir de chez moi. J’ai commencé à vivre dans la peur qu’il ne me retrouve, et qu’il se venge.  Rapidement, le deuxième est sorti, sans même qu’on prenne la peine de m’en informer.  Aujourd’hui, j’attends avec angoisse la libération, du dernier. Lui non plus, RIEN ne pourra l’empêcher de venir me retrouver.  C’est l’effrayant résultat de l’évolution de notre système pénal ces trente dernières années.
     
    De Fourniret à Pierre Bodein, en passant par Francis Evrard ou Francis Heaulme, on ne compte plus les affaires où des psychopathes relâchés ont immédiatement fait de nouvelles victimes.  Nous ne pouvons pas laisser notre système judiciaire continuer à mettre aussi gravement en danger la vie des jeunes femmes de notre pays.  C’est pourquoi je vous demande de remplir le Référendum sur la Justice. 
     
    C’est le meilleur moyen de déclencher enfin une réforme de fond de notre système judiciaire. Les résultats seront transmis au Président de la République, au gouvernement, aux parlementaires, et aux médias. J’ai écrit deux livres pour raconter mon effroi, quand je me suis aperçue que la « Justice » remettait dans nos rues des individus aussi dangereux.  Avant que ce drame ne m’arrive, je n’aurais pas pu le soupçonner. 
     
    J’ai fait tout ce que j’ai pu pour que cela change : pendant sa campagne électorale, Nicolas Sarkozy m’a demandé de faire partie de la Délégation aux victimes.  Puis, sollicitée ensuite par Rachida Dati, j’ai accepté des responsabilités au ministère de la Justice. J’ai cru que c’était comme ça que j’allais pouvoir faire une différence.  Mais je me suis vite aperçue qu’aucun changement réel n’aurait lieu tant que des centaines de milliers de Français ne protesteraient pas, tous ensemble, auprès des pouvoirs publics.
     
    Et c’est pourquoi je fais appel à vous aujourd’hui pour participer au Référendum sur la Justice, organisé par l’Institut pour la Justice. Le but de ce Référendum est de réunir des millions de signatures en faveur d’un changement radical de la politique pénale dans notre pays.
     
     Cet appel a d’abord été lancé par Philippe Schmitt, le père d’Anne-Lorraine, une jeune fille qui s’est fait massacrer dans le RER en novembre dernier, également par un homme condamné peu de temps auparavant pour viol, puis vite relâché.  Devant l’énorme écho qu’il a reçu – plus de 50 000 participants à la première vague de Référendums sur la Justice, en quelques semaines –
    d’autres victimes de criminels ont décidé de le rejoindre – dont moi-même.  Nous avons compris que nous pourrions démultiplier le nombre de participants et secouer la France entière, en nous unissant.
     
     Mais nous avons besoin de votre voix et de votre soutien, pour acquérir la légitimité face aux pouvoirs publics, qui ne peut venir
    qu’avec le nombre.  C’est pourquoi nous vous demandons de remplir votre Référendum. De son côté, l'Institut pour la Justice s'organise pour :  - mener des actions d’information et de sensibilisation de l’opinion publique à grande échelle, - préparer la publication d’un Livre Blanc de la réforme des procédures pénales,  - organiser des interventions dans les médias et auprès des parlementaires et des cabinets ministériels,  - et surtout décupler la diffusion du Référendum sur la Justice, dont l’objectif est de réunir 2 millions de participants pour obliger les pouvoirs publics à agir. 
     
    Nicolas Sarkozy nous a déjà reçus, mais nous voulons pouvoir revenir vers lui avec des millions de signatures de soutien.  Philippe Schmitt vient d'être contacté par le chef du cabinet de Rachida Dati ; une délégation de l'Institut pour la Justice sera reçue au ministère, place Vendôme, mardi prochain.
     
    Merci de nous permettre d'arriver avec le maximum de signatures.
     
    En vous remerciant d’avance de votre participation, je vous prie de croire, chère Madame, cher Monsieur, en mon total dévouement à ce combat pour protéger toutes les personnes innocentes et sans défense.
     
    Bien à vous,
    Cynthia Sardou.
    Je n’ai pas peur de dire que je profite de la notoriété de mon père, Michel Sardou, pour servir cette cause. En vous écrivant, je veux sauver d’autres jeunes filles et d’autres femmes. Et lui aussi serait très content que son nom puisse servir à améliorer le fonctionnement de la Justice et protéger des innocents.
     
    Pour accéder au référendum, cliquez sur le lien ci-dessous et ensuite dans la liste de droite, sur le lien  "le referendum est en ligne" et suivez les instructions. merci
     
    Institut pour la Justice57, rue d’Amsterdam,
     75008 Paris
     Tél. : 01 40 16 57 63