Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

résistance juive

  • Beit Lohamei Haghetaot : Combat pour la Mémoire

    Créé à la fondation du kibboutz en 1949 par Antek Zuckerman et un groupe de jeunes Juifs survivants de la lutte armée contre la barbarie nazie, le Musée des combattants des ghettos (Beit Lohamei Haghetaot) est le premier lieu de mémoire de la Shoah. Le site de Beit Lohamei Haghetaot  a évolué depuis sa fondation.  A  la veille de ses 60 ans, il s’apparente à un véritable campus qu’anime deux musées, des centres de ressources et de séminaires, tout en conservant l’esprit des pionniers qui l’ont fondé, des kibboutznikim résolument déterminés à raconter l’histoire de leurs camarades qui n’avaient pas pu les accompagner dans l’épopée de la création de l’Etat d’Israël.

    Le musée de la Shoah et de la Résistance juive, que l'on appelle traditionnellement « le grand musée », récemment rénové et modernisé, abrite de nombreuses expositions, qui portent notamment sur la vie et le monde juifs entre les deux guerres, la montée du nazisme et son emprise sur l’Europe, l’histoire des Ghettos, la Résistance juive, l’insurrection du ghetto de Varsovie, les camps d’extermination et les rouages du système d’annihilation. Y est également présentée une exposition sur la Hollande, comme exemple de destruction d’une communauté. La récente exposition  « Sipour Makom » raconte aussi l’histoire des fondateurs de Beit Lohamei Haghetaot et leur projet : un kibboutz pour vivre et transmettre ...

    Vue extérieure du musée Beit Lohamei Haghetaot

    Yad Layeled : en souvenir des enfants
    Le second musée, le Musée-mémorial éducatif Yad Layeled a été inauguré en 1995, en souvenir du million et demi d’enfants juifs assassinés pendant la Shoah. Ce musée unique au monde a pour spécificité de proposer des expositions et des ateliers qui permettent d’aborder l’histoire de la Shoah avec des enfants.

    L’exposition centrale raconte en dix étapes le quotidien des enfants juifs en Europe, avant la guerre jusqu’au lendemain de la catastrophe, en prenant soin de respecter l’âge et à la sensibilité des enfants.

    Car si Yad Layeled a le souci de transmettre, il n’est pas question ici de traumatiser. Basée sur des récits de vie, l’exposition temporaire « Sur les traces d’une photo», présentée actuellement à Yad Layeled fait découvrir vingt destins d’enfants juifs ayant survécu à la Shoah…Lire la suite

    En France, l’association des amis de Yad Layeled soutient le Musée des combattants des ghettos et fait connaître la pédagogie de Yad Layeled.  Yad Layeled France propose des ressources pédagogiques pour aborder l’histoire de la Shoah dès la classe de CM2. Elle propose la mallette pédagogique L’enfant et la Shoah, elle organise un séminaire annuel pour enseignants francophones et fait circuler deux expositions itinérantes : « Et tu le raconteras à tes enfants » et « Janusz Korczak ». La dernière de ses réalisations, la bande dessinée Les enfants sauvés, éditée par Delcourt, a permis d’adapter huit histoires d’enfants cachés en France et en Europe pendant la Shoah. Les témoignages illustrés dans ce livre, complété d’un dossier historique, sont extraits de l’exposition « Sur les traces d’une photo » actuellement présentée à Yad Layeled et d’un DVD proposé dans la mallette pédagogique L’enfant et la Shoah. 
    La démarche éducative originale de l’Association Yad Layeled France associe mémoire et message de vie. Elle propose une éducation à la citoyenneté qui incite les élèves à réfléchir sur les problèmes de l’intégration, du « vivre ensemble » dans une société démocratique, et sur les questions de l’antisémitisme, de l’exclusion et du racisme.

    Les enfants sauvés - huit histoires de survie
    Yad Layeled, Ed. Delcourt, novembre 2008

    Ce livre est né d’une envie partagée et de la rencontre de deux partenaires : les éditions Delcourt et Yad Layeled France, conscients de la nécessité de relater l’histoire particulière des enfants juifs pendant la guerre.
    Cinq des huit témoignages qui composent cet ouvrage proviennent de l’exposition Sur les traces d’une photo présentée depuis 2005 au Musée-Mémorial Yad Layeled ; les autres sont issus d’un DVD proposé par Yad Layeled France. Les enfants cachés dont l’histoire véridique est racontée ici sont toujours en vie. Leur récit est un hommage aux Justes qui ont permis leur sauvetage et un geste de fidélité à l’égard des enfants qui n’ont pas été sauvés.

     

  • 65ème anniversaire du soulèvement du ghetto de Varsovie

    250762272.jpgDimanche 6 avril 2008
    Le 19 avril 1943, lorsque les troupes allemandes pénètrent dans le ghetto de Varsovie pour liquider les 50 à 60 000 Juifs qui y résident encore, les groupes de combattants de la résistance juive ouvrent le feu. L’insurrection se poursuit jusqu’au 16 mai 1943. Le soulèvement était au sein du ghetto l’ultime acte de lutte contre la barbarie et pour la sauvegarde de la dignité. Il a été l’inspirateur d’autres actions de résistance armée.

    14h
    Projection
    Dernière Pâque juive à Varsovie
    d’Alain Jomy (France, documentaire, 1993, couleur, 37 min)
    La vie, l’organisation de la résistance, le soulèvement et la destruction finale du ghetto de Varsovie racontés par ses survivants. En présence d’Alain Jomy.

    15h15
    Projection

    The Last Fighters
    de Ronen Zaretzky et Yael Kipper Zaretzky (Israël/Pologne, documentaire, 2006, 76 min, couleur, vostf)
    Lors du 60e anniversaire de l’insurrection du ghetto de Varsovie, les six derniers combattants se retrouvent. Ils évoquent les différentes composantes et étapes du soulèvement.
    En présence de Jean-Charles Szurek, directeur de recherche au CNRS.

    17h30
    Cérémonie

    En présence de Éric de Rothschild, président du Mémorial de la Shoah, Richard Prasquier, président du CRIF, S.E.M. Daniel Shek, ambassadeur d’Israël en France, Stepha Skurmik, représentantes des organisations du monde yiddish, Me Samuel Pisar, ancien déporté, avocat international, Féliks Tych, président de l’Institut historique juif de Varsovie. Prières par le rabbin Mévorah Zerbib, Chants interprétés par Talila.

    Lieu : Parvis du Mémorial

    Mardi 22 avril 2008
    20h
    Théâtre
    Hannah K.
    D’après Les deux morts de Hannah K. de Renaud Meyer.
    Ghetto de Varsovie, 1941. Hannah, comédienne renommée, trouve, grâce au théâtre, les ressources de sa survie et résiste à sa manière. Elle relate dans trois petits carnets sa vie quotidienne, son opposition à son père collaborateur, son amour et ses peurs pour son mari et son fils…
    Interprété par Marianne Epin.

    Jeudi 15 mai 2008
    19h
    Rencontre exceptionnelle avec les combattants du soulèvement du ghetto de Varsovie En présence de Simha Rotem-Kazik, Pnina Grinspan-Frimer, témoins, anciens combattants de l’insurrection du ghetto de Varsovie. Animée par Henri Minczeles, historien et journaliste.
    Parution : Mémoires d’un combattant du ghetto de Varsovie (éd. Ramsay, 2008) de Simha Rotem-Kazik.

    Dimanche 6 avril à 17h30
    Mémorial de la Shoah
    17, rue Geoffroy-l'Asnier, 75004 Paris
    Tel : 01 42 77 44 72